flair shopping day 1

Pour terminer la journée du Flair Shopping Day, voici une interview exclusive de la rédactrice en chef de Flair, Valérie Kinzounza. On a pu la rencontrer avant le concert acoustique de St-André, qui clôturait cette journée Flair, pour lui poser quelques questions. Elle vous parlera de l’organisation de cet événement, de son métier et vous donnera quelques conseils pour devenir journaliste de presse féminine.

Clôture du Flair Shopping Day 

Il est maintenant temps de clôturer cette série d’articles sur le Flair Shopping Day du 26 octobre dernier.

Lors du Flair Shopping Day, je suis arrivée vers la fin de l’après-midi à Médiacité pour découvrir les stands et les activités proposés par Flair. J’ai pu y retrouver Ludivine, qui était à la fois déçue de son maquillage réalisé par les étudiantes du stand beauté et d’avoir attendu 3 heures dans la file d’attente pour si peu. Cette fois, elle attendait de se faire coiffer au stand coiffure.

J’en ai donc profité pour faire un tour des stands dispersés un peu partout dans Médiacité. Il y en avait pour tous les goûts: beauté, coiffure, mariage, shooting coiffure, shooting cover Flair, défilés, voyance,…

Bref, des stands très variés pour combler un maximum de lectrices. Une très bonne initiative de la part de Flair mais il est vrai que l’organisation aurait pu être meilleure pour éviter de si longues files d’attente, ce qui a d’ailleurs fortement déçu nos deux chroniqueuses beauté. Bien entendu, il n’est pas simple de proposer un service gratuit et impeccable quand il rencontre autant de succès auprès de si nombreuses participantes. 

Je ne me suis donc pas risquée au stand beauté, car il y avait encore au moins une attente d’1h30. Et puis, il faut dire aussi que je suis toujours déçue du résultat lorsqu’une tierce personne me maquille…

flair shopping day 2

Capture d’écran 2016-04-16 à 00.00.28

Capture d’écran 2016-04-16 à 00.00.39

J’étais également tentée par le stand « shooting » pour la couverture de Flair, mais étant toute seule, je me suis ravisée. Ca aurait été plus sympa à faire en étant accompagnée.

Capture d’écran 2016-04-16 à 00.00.46

Capture d’écran 2016-04-16 à 00.00.52

Finalement, je me suis arrêtée devant un podium pour regarder les défilés des 12 lectrices de Flair, sélectionnées après un casting, qui défilaient accompagnées de jeunes danseurs hyper énergiques. C’était vraiment très sympa comme concept et très agréable à regarder. D’ailleurs, je pense que c’était un des plus bel événement de cette journée.

Capture d’écran 2016-04-16 à 00.01.00

Capture d’écran 2016-04-16 à 00.01.05

Entre les défilés, une jeune femme prenait le micro pour faire gagner des « pass VIP » aux participantes, qui leur permettraient alors d’éviter ces fameuses files d’attentes devant les stands. Une idée géniale pour les gagnantes, mais malheureusement plutôt décevante pour les perdantes.

Bref, après ces défilés, j’ai rejoint Ludivine et son amie Laura pour voir ce qu’elles pensaient de leurs coiffures. « Ca change », me dit Ludivine avec de jolies boucles sur sa coupe de cheveux au carré. Laura avait, quant à elle, les cheveux attachés avec une petite tresse. Vraiment joli! Avant de retourner chez elles, elles sont vite parties faire du shopping chez Primark avant que Médiacité ne ferme ses portes. Car finalement, elles ont passé plus de temps dans les files d’attentes que dans les magasins et les stands du Flair Shopping Day.

flair shopping day 3 saint-andré

Enfin, pour clôturer la journée, j’ai vite été faire un petit tour au Mediamarkt en attendant le concert acoustique de St-André prévu dans la galerie. Et juste avant, j’ai eu la chance de rencontrer la rédactrice en chef de Flair, Valérie Kinzounza. Elle a été d’une gentillesse incroyable d’accepter notre interview et de répondre à nos questions.

Interview de Valérie Kinzounza, la rédactrice en chef de Flair

❤ Krystel –  Bonjour Valérie Kinzounza. Merci d’avoir accepté notre interview pour notre magazine Belle&Belge. On se trouve actuellement à la fin du Flair Shopping Day, dans la galerie de Médiacité à Liège. Comment se passe l’organisation d’un événement aussi important?
Valérie Kinzounza –
 Pour organiser le Flair Shopping Day, ça prend beaucoup de temps. Ca prend des mois et des mois, mais il faut savoir que l’on a des aides. Par exemple, notre département marketing s’occupe de cela et on fait également appel à une agence événementielle spécialisée.

❤ Krystel – De quoi vous occupez-vous essentiellement pour que cette journée se concrétise?
V. K. – On doit s’occuper de trouver des commerçants partenaires à Médiacité ainsi que des partenaires sponsors. On s’occupe aussi du montage des stands, que l’on était d’ailleurs toujours en train de monter cette nuit. On négocie également avec des écoles de beauté et des instituts spécialisés qui se trouvent dans la ville du shopping dans laquelle on organise le Flair Shopping Day.

❤ Krystel –  Est-ce que toute l’équipe de Flair met à la main à la pâte pour organiser cette journée?
V. K. – Toute l’équipe de Flair est bien présente sur place mais la plupart des journalistes se trouvent aux points « info » et « abonnement ». C’est un point de contact essentiellement créé pour répondre aux questions des lectrices qui sont à la recherche de stands particuliers ou qui souhaitent savoir comment participer aux témoignages dans notre magazine. En effet, elles ont parfois des choses importantes et poignantes à nous raconter. Par contre, les journalistes de la « team mode » s’occupent des défilés et du stand shooting coiffure. Des lectrices ont donc été castées pour des coiffures des fêtes de Noël, qui paraîtront dans le Flair. Et concernant St-André qui est venu donner un concert en clôture à cette journée, c’est notre journaliste spécialisée « stars » qui s’en est chargée.

Capture d’écran 2016-04-16 à 00.01.22

❤ Krystel – Merci pour toutes ces explications. Quel est le but principal du magazine en organisant le Flair Shopping Day? 
V. K. – Le but du Flair Shopping Day est d’être, avant tout, à la rencontre et à la disponibilité de nos lectrices. On leur offre des activités qui sont gratuites, même s’il y a des files d’attente, afin qu’elles puissent profiter des choses qu’elles aiment.

❤ Krystel – Comment avez-vous organisé le défilé avec les lectrices de Flair, qui ont pu devenir modèle le temps d’une journée?
V. K. – Nous avons organisé le défilé en collaboration avec Médiacité. On a cherché des commerçants souhaitant prêter des vêtements pour l’occasion et qui acceptant de faire des pourcentages sur toute leur boutique ou sur un modèle déterminé. Ensuite, notre styliste a choisi les vêtements en fonction des thèmes du défilé. Une tâche qui a pris plusieurs semaines de travail pour trouver les bonnes tailles, faire les essayages,… Ensuite, on a voulu choisir des lectrices qui reflètent le magazine Flair, en terme d’âge, de corps et de taille (taille 36 à 46). Au total, on a reçu plus d’une centaine de candidatures. Mais on en a reçues 70 en entretient et sélectionnées 12 pour le défilé. La veille du Flair Shopping Day, elles ont fait les essayages et elles ont répété avec les danseurs et l’équipe mode. Elles ont également passé la nuit toutes ensemble à l’hôtel pour souder les liens et créer un esprit d’équipe. Au final, le but étant que ça soit une chouette expérience pour elles.

Capture d’écran 2016-04-16 à 00.01.29

❤ Krystel– Depuis presque 2 ans, vous êtes devenue rédactrice en chef de Flair. Qu’est-ce que ça a changé concrètement dans votre travail? En êtes-vous toujours aussi ravie? V. K. – Je n’ai pas réellement vu de changements puisque j’étais déjà journaliste chez Flair. Ensuite, je suis devenue chef de la rédaction et pour finir, rédactrice en chef. Ce que j’aime dans mon travail, c’est que j’ai une vue d’ensemble sur le magazine. Je décide du contenu afin de trouver les thèmes les plus susceptibles de plaire aux lectrices. Et ensuite, pour chacune des parutions, il faut réussir un mix parfait entre les titres choisis et les témoignages. Il est vrai que le travail de terrain me manque un peu mais il est remplacé par toutes ces choses que j’apprécie beaucoup. Et pour couronner le tout, on est vraiment une très chouette équipe chez Flair!

❤ Krystel – On vous avait vue dans l’émission de la RTBF Sans Chichis. Est-ce que l’on vous retrouvera dans une nouvelle aventure télévisuelle?
V. K. – J’ai fait partie de Sans Chichis pour mettre en avant les thématiques de Flair et pour que le magazine ait une meilleure visibilité. Ca m’a apporté une expérience professionnelle supplémentaire. Il y avait une très bonne entente au sein de l’équipe et maintenant, on est même devenus des copains! Par contre, je ne pense pas renouveler l’expérience télévisuelle car je préfère les médias écrits et la radio pour lesquels je me sens plus à l’aise. Par contre, si on me faisait de nouveau une proposition, pourquoi pas…

❤ Krystel –  Grâce à votre expérience de journaliste de presse féminine, avez-vous des conseils à donner aux jeunes étudiantes qui aimeraient également travailler dans le même secteur?
V. K. – C’est difficile de donner des conseils mais lorsque l’on cherche un travail, je dirais qu’il faut bouger, ne pas rester dans son coin et ne pas envoyer simplement des candidatures. Il y a beaucoup de concurrence dans le milieu et un des premiers conseils que je donnerais, c’est d’avant-tout se spécialiser à la base. Par exemple, un bon moyen de se faire connaître est de faire un blog. Lorsque l’on postule dans le journalisme, il faut montrer et mettre en avant son don et sa plume, en créant, par exemple, une lettre de motivation originale. Car quand une personne m’envoie ce type de lettres, elle se démarque et je la contacte directement, même si nous n’avons pas de places disponibles pour un travail. Je mets alors sa candidature de côté pour plus tard. En résumé, peu importe ce que l’on fait, il faut pouvoir se démarquer, tirer parti de son talent pour en faire quelque chose. Et les ingrédients indispensables à la réussite d’un journaliste sont la curiosité, le talent, la débrouillardise et la motivation.

❤ Krystel – Un grand merci de nous avoir accordé cette interview. Pour terminer, avez-vous un petit mot à transmettre aux lectrices de Belle&Belge?
V. K. – Je leur dirais de continuer à lire et à acheter le Flair, et à venir sur notre site web. Notre magazine est toujours en changement. On essaye de le dynamiser, par exemple au niveau du graphisme, alors n’hésitez pas à nous envoyer vos avis.

flair shopping day 5 Valérie kinzounza
Valérie Kinzounza (rédactrice en chef de Flair) et moi

En conclusion

En conclusion, le Flair Shopping Day est un chouette concept créé par Flair, proposant des activités variées et gratuites pour les participantes. Pour l’année prochaine, il serait peut-être bon de revoir l’organisation pour diminuer les temps d’attente devant les stands, de peut-être opérer une meilleure sélection des étudiantes maquilleuses et d’un peu plus étoffer le stand de robes de mariée. Personnellement, j’aurais aimé voir les stands de Flair dans une autre galerie commerciale car on s’y perd facilement dans ce grand shopping center à 2 étages.

Difficile donc d’en demander beaucoup plus quand on voit le travail colossal que ce type d’événement demande. De plus, on ne peut pas se permettre d’être trop exigeants lorsque l’on a à faire à ce type de service, gratuit de surcroît. On a tout de même apprécié les défilés des lectrices, les réductions dans les magasins partenaires, la possibilité de rencontrer les journalistes et le concert intimiste et chaleureux de St-André.

Note globale : 3 / 5 

– On reviendra pour se changer les idées
et surtout si on a le temps
et la patience de faire la file aux stands

Site web de Flair
Page Facebook de Flair